Administraaaâââtion

Fort de l'important travail de Carole, je me plonge à mon tour dans l'examen détaillé du projet de contrat pour la "mission n°2", tel que signé par l'architecte du patrimoine le 6 août 2020. J'ai commencé par photocopier ce document pour pouvoir l'annoter au fil de mon étude. Il comporte deux parties, un "cahier des clauses générales" (C.C.G.) de 19 pages et un "cahier des clauses particulières" (C.C.P.) de 8 pages.

Une première analyse du plan de ce document me donne l'impression qu'il vaut mieux que j'en commence l'étude fouillée par le C.C.P. dans la mesure où celui-ci a pour objet de définir le contenu de la mission, d'autant que celui-ci a pu évoluer depuis que nous sommes en discussion. Je pense ici, au premier chef, à deux problématiques que j'expliciterai :
- le traitement en un seul bloc de la demande d'autorisations pour tous les travaux envisagés (ce que j'appelle familièrement "purger le dossier"), que je sois en mesure à ce jour d'en garantir le financement sans difficulté ou non ; il y a une quinzaine de mois, la D.R.A.C. demandait plutôt de procéder par étapes, en donnant une ferme priorité à la restauration du colombier et de la moitié Nord du logis, ce qu'elle estimait un programme suffisant ;
- une certaine souplesse dans la maîtrise d'ouvrage puisque, d'une part, mon âge m'oblige à penser à ma succession et que, d'autre part, la réglementation régionale récemment découverte, si je la comprends bien, nécessitera que la maîtrise d'ouvrage puisse être, totalement ou partiellement, successivement ou concomitamment, partagée avec une association.

Quant au C.C.G. que j'étudierai dans un second temps, il comporte des clauses à première vue et à tout le moins sujettes à discussion ou à éclaircissements, comme celles relatives à mes activités internet ou, plus généralement, à la "résiliation du contrat à la demande de l'architecte", ou encore celles relatives à la propriété intellectuelle. Dans ces domaines, il s'agira pour moi de vérifier que mes libertés d'expression ou de manœuvre ne seront pas entravées de façon excessive donc insupportable pour moi, ou que ne me seront pas imposées des contraintes disproportionnées dans leurs conséquences par rapport à la bénignité ou à l'imprécision intrinsèque des comportements qui seraient susceptibles de m'être reprochés.

Quant à l'idée de sabrer des clauses que je jugerais hors-sujet, elle ne me paraît, à la réflexion, utile à retenir que dans la mesure où elle permet, en ouvrant un débat sur la pertinence de leur contenu, de savoir, comme il convient, à quoi je m'engage. Mais je ne saurais en faire un cheval de bataille bien que ces boursouflures me choquent, disons, sur le plan esthétique autant que pratique.

En résumé, je recherche les voies et moyens d'un accord réfléchi, c'est-à-dire stable et sérieux, et rien de plus.
Pour ce qui concerne le programme de travaux d'ores et déjà préparé par l'architecte du patrimoine et qui a fait l'objet de plans datés de septembre 2020, je ne vois guère de modification à introduire en l'état de mes réflexions, si ce n'est sur la fenêtre de la pièce du rez-de-chaussée de la tour Louis XIII. Je souhaiterais que l'appui en soit abaissé pour que l'ouverture soit de proportions analogues à celle de l'étage et, par voie de conséquence, qu'y soit apposée une grille comparable à l'une de celles déjà réintroduites sur le logis.

Cette demande se fonde sur deux considérations :
- une ouverture plus grande améliorerait l'habitabilité de la pièce en question, qu'elle serve, après restauration, de chambre ou, comme envisagé à ce stade, de loge d'artistes pour les activités de la S.V.A.A.D.E. ;
- il est clair que cette ouverture a fait l'objet, il y a quelques décennies (peut-être au XIXè siècle), de modifications d'intérêt agricole, lorsque cette pièce servait à entreposer du calva, celui-là-même dont les vapeurs ont noirci les pierres des parements intérieurs et continuent à embaumer la terre utilisée pour monter la maçonnerie, ainsi qu'on s'en était aperçu lorsque Igor avait commencé le jointoiement desdits murs.

En fait, l'examen sur place montre que ces modifications avaient été assez mal réalisées :

4 mai 2021.

Observez en particulier, à l'extérieur, les différences de qualité entre les granits du haut et ceux du milieu ou de l'appui en question :

4 mai 2021.

Quant à la grille, n'en parlons pas !
Discussion téléphonique importante ce soir avec mon ancien élève et ami Philippe DURAND pour examiner si mes dernières idées de structuration du financement des travaux, dès lors qu'interviendrait la S.V.A.A.D.E., sont orthodoxes.

Il semble qu'elles le soient, ce qui devrait nous offrir de nouvelles possibilités particulièrement bienvenues pour mettre en œuvre, certes sur plusieurs années, le contenu de la "mission n°2" en cours de définition.

En complément de cette confirmation, une réunion non moins importante pour ce programme aura lieu le 5 juillet prochain au manoir favori avec des acteurs-clé.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 5 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Absent depuis jeudi dernier, Fabrice a terminé ce mercredi son travail entre les solives des écuries :

5 mai 2021.


Carole me dit qu'il va falloir fêter ça. Le fait est que, lorsque je nous ai lancés dans cette entreprise, en octobre 2018,...

2 octobre 2018.

... il était loin d'être assuré que nous la mènerions à bout.

Quatre intervenants se sont succédé, Fabrice étant celui qui a travaillé le plus finement. Près de trente mois au total sur l'ouvrage : à la Chaslerie, on sait ne pas être pressés mais on essaye toujours de ne pas en rabattre sur la qualité...
Je viens d'achever une première lecture approfondie du projet de contrat relatif à la "mission n°2". Voici, à ce stade, mes remarques sur les 27 pages en question :

A ce stade, je me propose de lire les remarques détaillées de Carole pour voir celles que je retiendrai et incorporerai à mon texte.
Fabrice s'apprête à jointoyer, dans les combles des écuries, le mur Sud de la tour Louis XIII, à l'instar de ce qu'Igor avait fait au premier étage du colombier :

6 mai 2021.

Je lui ai demandé de restaurer au passage une meurtrière et de faire réapparaître, s'il en trouve, les trous d'ope :

6 mai 2021.

6 mai 2021.

Il hésite toutefois entre poursuivre sa tâche sur cette maçonnerie ou donner la priorité à l'habillage intérieur des lucarnes :

6 mai 2021.

Fortiche Mr Fabrice ! Le résultat final sera magnifique.
J. Degouys
Ancien domfrontais (d’origine, lui !! ) mais «émigré» en Bretagne pour raison prof. (chercheur universitaire, bien que retraité), visiteur régulier de ma ville natale et parfois du manoir favori et, surtout, lecteur assidu et admiratif du site.

N.D.L.R. : Merci. Je transmets vos félicitations à Fabrice !

Je crois que vous avez bien mérité d'être appelé "le Luky Luke du site favori" puisque vous commentez plus vite que je ne mets en ligne !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 10 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Tour Louis XIII
0
Je demande à Fabrice d'intervenir sur les portes extérieures de la tour Louis XIII...

10 mai 2021.

10 mai 2021.

10 mai 2021.

... en espérant que ses rafistolages (car, à ce stade de décrépitude, il ne pourra s'agir que de ceci) permettront à ces portes vermoulues ou pourries de tenir tant qu'elles ne seront pas enfin remplacées, si possible dans le cadre de la "mission Exe".
L'"obsolescence programmée" ou l'incapacité pour un fournisseur de suivre son matériel, voici une chose que je déteste.

Régis FOUILLEUL, mon plombier, se heurte au fabricant du radiateur qui fuit dans mon dressing. Celui-ci, du nom d'"IRSAP" ( y.gohier@irsap.com ; 06 69 59 57 91 ; 04 28 00 01 67 ; https://www.irsap.it/fr/), s'avère incapable de retrouver la pièce de rechange d'un joint défaillant de son matériel acheté il y a à peine dix ans et qui était coûteux.

J'ai donc envoyé à Régis ces photos de la robinetterie en cause, prises ce matin :

10 mai 2021.

10 mai 2021.

10 mai 2021.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 10 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Tour Louis XIII
0
Voici, ce soir, le bricolage de Fabrice sur la porte extérieure du premier étage de la tour Louis XIII :

10 mai 2021.


Ce n'est certes pas une œuvre d'art mais sam'suffit, en attendant que soit enfin envoyée au feu, comme elle le mérite, cette médiocre relique des années 1970. Dans l'immédiat, les oiseaux ne pourront plus entrer dans mon ancien bureau et y laisser des souvenirs envahissants et corrosifs sur le mobilier, c'est déjà ça !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 11 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Tour Louis XIII
0
Fabrice a réussi à prolonger un peu la durée de vie de la porte du rez-de-chaussée de la tour Louis XIII :

11 mai 2021.

11 mai 2021.

11 mai 2021.

Au moins, dans l'immédiat, on peut de nouveau la fermer sans qu'elle frotte contre le sol, au risque de se démantibuler.

Il m'apprend que cette porte n'est pas en résineux, comme je le pensais, mais en chêne ou en châtaignier.

A dire vrai, l'architecte du patrimoine m'avait déjà fait la remarque quand je lui avais montré cette autre épave des années 1970 mais je ne l'avais pas crue.
Je venais de relancer le chauffage dans le fournil de la ferme. Mais l'électricité a sauté. Le cadet a dû venir, sous une pluie battante, chercher la clé de la pièce de la ferme où se trouve le disjoncteur.

Dans le bâtiment Nord, c'est la plomberie qui pose problème avec ce radiateur qui fuit.

Que j'aimerais ne plus avoir ce genre de problèmes quand il y a eu des travaux que je pensais soigneux !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 17 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
2
Sur la première travée de l'escalier du logis, le jus de pomme entreposé depuis l'automne a laissé des traces disgracieuses :

17 mai 2021.

Ni la brosse en chiendent et les produits d'entretien courant de Joffrey, ni la brosse métallique et l'huile de coude de Fabrice n'ont réussi à les faire disparaître.

Quelqu'un aurait-il une meilleure idée ?

P.S. (le 17 mai 2021 à midi) : Avant d'avoir lu les commentaires de Jacqueline X. et de "Cambérabéro" dont je les remercie, j'ai demandé à Fabrice d'utiliser une brosse métallique électrique :

17 mai 2021.


A première vue, ça a suffi :

17 mai 2021.


On en saura davantage quand les marches auront séché.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 18 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Fabrice m'a montré son projet pour habiller les joues des "casts". La difficulté tient au non-centrage desdites horreurs entre les solives :

18 mai 2021.

Elle est moindre que celles surmontées sur les lucarnes (il en a traité deux à ce jour).

P.S. (à 11 heures 30) : En plus, les longueurs de ce maudit "cast" ne sont même pas parallèles aux solives (qui elles respectent la verticale) mais ont été posés légèrement de guingois. Je me mets d'accord avec Fabrice pour qu'il introduise ce que, dans les "business schools", on appelle un "fudge factor" :

18 mai 2021.

Du coup, il m'indique qu'il en faudra un autre pour l'habillage de la deuxième lucarne qu'il a traitée.

Considérons que c'est le rôle des finitions, comme ces travaux de menuiserie fine, de dissimuler ces petits défauts.

P.S. 2 (à 16 heures 30) : Fabrice est passé au 2ème "cast". Voici ce premier terminé :

18 mai 2021.

Ce travail me satisfait. Il ne restera plus qu'à poser le système d'ouverture de ce "cast", encore un truc de type orthopédique.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 18 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Avec Fabrice, nous évoquons le travail de menuiserie qui lui restera à effectuer dans le colombier une fois qu'il en aura fini avec les combles des écuries.

Il me signale que, parmi les premières planchettes posées il y a une trentaine de mois, certaines, qui avaient été seulement collées, se détachent :

18 mai 2021.

Voici qui nous imposera une révision plus large. Le fait est que le mode opératoire a varié avant que nous ne décidions de clouer chacune des planchettes. En plus, les intervenants étaient inégalement consciencieux et l'un d'eux faussement compétent ; nous en étions déjà convaincus et cet incident le confirme. Bien que ce soit embêtant, ceci ne suffit pas à me faire renoncer à ma préférence pour les travaux en régie, lorsque c'est possible en l'état de mes troupes.

Pour ce qui concerne les lucarnes du colombier, Igor avait calé devant le problème. Fabrice devra réfléchir aux meilleurs moyens d'achever ce travail, ainsi qu'à des solutions pour que n'apparaisse plus, si possible, le contreplaqué des joues :

18 mai 2021.

18 mai 2021.

18 mai 2021.