Administration

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 7 octobre 2021 20:35
À : Leszek Parciany
Objet : RE: Coupe sdb

Trois remarques :

- j'ai signalé que le sol comporte des tubes de chauffage déjà placés :

18 avril 2011.

18 avril 2011.

Il ne sera pas possible de creuser à ces endroits car on risquerait, en crevant un tube, de mettre H.S. le système de chauffage par le sol ;
- il existe déjà deux siphons datant de l'époque où il était envisagé de mettre la cuvette de w.-c. au fond à gauche et la douche à droite en entrant dans la pièce (voir les mêmes photos) ;
- je souhaite que, dans toute la mesure du possible, le sol de la douche et le sol de la pièce soient au même niveau ; or, si je le comprends bien, votre schéma fait apparaître 30 cm de différence de niveau.

Il faudrait sans doute que vous reveniez à la Chaslerie pour examiner les contraintes sur place et qu'on se mette bien d'accord.

Bien cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Leszek Parciany
Envoyé : jeudi 7 octobre 2021 19:23
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Coupe sdb

Je vous envoie encore deux autres dessins pour la coupe de sol :

Je vous propose de monter d'environ 30 cm le carrelage mural pour avoir miroir propre sans rejet de l'eau de lavabo et pour de bonnes proportions :


_______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 7 octobre 2021 18:58
À : Leszek Parciany
Objet : RE: Projet sdb selon votre proposition.

Merci.
Je pense qu'il vaudrait mieux prévoir que le radiateur mural serve également de porte-serviettes. Derrière la porte d'entrée dans ce cabinet de toilettes, je ne vois pas assez de place.
Penser aussi à un strapontin dans la douche, sur le mur du fond.
Bonne soirée !

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Leszek Parciany
Envoyé : jeudi 7 octobre 2021 18:46
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Projet sdb selon votre proposition.


Dans prochain mail je vous prépare dessin de coupe de sol.

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 11 octobre 2021 15:25
À : (...)@culture.gouv.fr>
Cc : (...)
Objet : RE: SVAADE, Chaslerie et mission BERN

Cher Monsieur,

Je vous remercie très vivement de votre prompte réponse. Nous viendrons donc à trois, vendredi prochain à 10 h 15.

Je profite de l'occasion pour vous signaler que la SVAADE m'a convaincu de reprendre de fond en comble le contenu du site de la Chaslerie, en veillant en particulier (1) à éliminer toute trace d'acrimonie dans mes anciennes rédactions et (2) à renvoyer dans les pages "Privé" les messages qui ne l'intéressent pas dans les rôles de maître d'ouvrage et d'"animateur" qui sont désormais les siens.
Le nécessaire a immédiatement commencé à être fait par moi. Dans un premier temps, tous les messages du site ont été envoyés sous les onglets "Privé". Je ne les en "exhume" qu'un à un, ce qui sera très long, en donnant la priorité à ceux qui me semblent les plus utiles au futur architecte du patrimoine, quand la SVAADE en aura missionné un, ce dont, à ma connaissance, elle s'occupe activement.

Bien cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : (...)@culture.gouv.fr>
Envoyé : lundi 11 octobre 2021 15:09
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : (...)
Objet : RE: SVAADE, Chaslerie et mission BERN

Bonjour Monsieur Fourcade,

Je vous remercie pour toutes ces informations. Nous pourrons vous recevoir avec mon collègue Jérôme Berger le vendredi 15 octobre à 10h15.

Bien cordialement

(...)

_______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 11 octobre 2021 11:14
À : (...)@culture.gouv.fr
Cc : (...)@culture.gouv.fr>; (...)@culture.gouv.fr>; Claude Trianon; Jean Paul LEROY-TULLIE ; Hugues HOURDIN ; Flore MERLIN ; Jean-Aimable LENEGRE
Objet : SVAADE, Chaslerie et mission BERN

Cher Monsieur,

Je fais suite à l'entretien du 30 août dernier que M. ROCHAS, conservateur régional des monuments historiques, m'avait accordé en votre présence et en celle de M. Jérôme BERGER, votre collègue.

A ce jour, nos efforts pour recruter un nouvel architecte du patrimoine n'ont pas abouti.

Pour autant, nous avons continué à réfléchir au programme de travaux à mener sous la maîtrise d'ouvrage de la SVAADE.

Le mois dernier, nos réflexions nous avaient amenés à considérer qu'en l'absence d'un architecte du patrimoine, la SVAADE ne pourrait déposer dans les circuits de la "mission BERN" un dossier couvrant l'ensemble du programme de restauration envisagé.

Or il se trouve que nous avons rencontré le 8 octobre dernier M. TRIANON, de la "Fondation du patrimoine", accompagné de son représentant local, M. LEROY-TULLIE. A cette occasion, M. TRIANON, qui n'avait pas été informé de notre reculade de septembre, nous a appris que la "mission BERN" ne s'occupe que du clos et du couvert, ce que nous ignorions totalement. Surtout, il nous a encouragés, si j'ai bien compris, à faire acte de candidature pour les menuiseries extérieures des bâtiments sur cour. Or, nous disposons à ce dernier sujet de quasiment tous les éléments utiles, y compris l'étude de diagnostic de M. MAFFRE, qui nous permettraient, selon nous, de présenter un dossier des plus solides et à la hauteur de nos ambitions, qui sont élevées. Tout au plus faudrait-il peut-être actualiser certains devis, ce qui a, dès ce vendredi 8, été demandé au menuisier.

Simplement, il peut y avoir des considérations de stratégie à prendre en compte pour savoir si l'intérêt de la SVAADE est de présenter vite un dossier ainsi bâti, relatif aux seules menuiseries extérieures des bâtiments sur cour, ou bien s'il ne vaudrait pas mieux pour elle attendre de pouvoir présenter l'étude de diagnostic à venir, relative principalement à l'ensemble des travaux intérieurs que vous savez. L'idée étant, si j'ai bien compris les propos de M. TRIANON, que, face à la "mission BERN", la SVAADE n'aurait peut-être pas la latitude de candidater plusieurs fois, même sur plusieurs projets, que ceux-ci soient successifs ou parallèles.

Nous aimerions recueillir l'avis de la conservation régionale des monuments historiques sur cette problématique, sachant que le temps devient pour la SVAADE très compté (date-limite : 30 novembre 2021) dans l'hypothèse où elle déposerait au plus tôt un dossier au titre des seules menuiseries extérieures.

Deux membres de la SVAADE, Mme Flore MERLIN, membre du bureau et chargée des animations, et le docteur Jean-Aimable LENEGRE, trésorier pressenti (l'A.G. le nommant devant avoir lieu le 29 octobre prochain), viendront à la D.R.A.C. rencontrer ce vendredi 15 octobre prochain, pour parler d'animations et de réglementations y-afférentes, vos collègues Mmes Isabelle SAVARY et Marielle STINES. Il est prévu que je les accompagne à toutes fins utiles.

Si vous-même ou l'un de vos collègues de la conservation régionale pouviez nous recevoir quelques minutes ce vendredi matin, idéalement avant ce rendez-vous de 11 heures, cela nous aiderait dans nos réflexions. Sinon, une réaction écrite serait également précieuse.

Bien cordialement,

PPF

P.S. : Je suggérerai bien entendu à M. Hugues HOURDIN, président de la SVAADE, de vous inviter à assister à l'A.G. du 29 octobre prochain. Celle-ci devrait précéder immédiatement le concert de 17 h 30 et l'exposition d'un potier d'art, auxquels vous et vos collègues avez d'ores et déjà, si je ne me trompe, été invités.

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Christine Royer
Envoyé : jeudi 14 octobre 2021 18:16
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; Hugues HOURDIN , (...)
Objet : Re: RE: RE: Fwd: Re: Manoir de La Chaslerie à Domfront en Poiraie

Merci Cher Monsieur Fourcade pour ce retour extrêmement constructif sur tous les points soulevés, que je fais prospérer de mon côté.
Je regarde pour mes disponibilités éventuelles en vous remerciant pour vos aimables invitations.
Bien à vous

Christine ROYER
Sous-préfète hors classe
(...)
Argentan

-------- Message original --------
Sujet : [INTERNET] RE: RE: Fwd: Re: Manoir de La Chaslerie à Domfront en Poiraie
De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Pour : PREF61 pref-arg-collectivites-territoriales <pref-arg-collectivites-territoriales@orne.gouv.fr>, Christine Royer
Copie à : Hugues HOURDIN, Bernard DAVY, Philippe COQUAIN (S.D.I.S. 61), Fabrice LEGENTIL (Ademe), Grégory VANNOBEL(Bee+), Philippe ROCHAS, Jean Paul LEROY-TULLIE (Fondation du patrimoine)
Date : 14/10/2021 17:06

> Madame la sous-préfète,
>
> M. Bernard DAVY, maire-adjoint de Domfront-en-Poiraie, m'informe que vous suivez le dossier SVAADE/Chaslerie avec soin et intérêt, ce dont la SVAADE et moi vous sommes très reconnaissants. Vous avez interrogé Bernard sur deux points et je profite de ce courriel pour évoquer un troisième :
>
> 1 - Les suites données au courriel du 5 octobre dernier de M. Philippe LEGENTIL, de l'ADEME, préconisant un dépôt en ligne de la demande de la SVAADE, maître d'ouvrage.
>
> Nous vous remercions d'avoir facilité ce contact.
>
> La SVAADE, locataire du manoir, pas plus que moi-même, propriétaire, n'avons, à notre avis, le niveau technique souhaitable pour dialoguer utilement avec l'ADEME.
> Un bureau d'études habilité, "Bee +", est en charge du dossier mais il attend pour poursuivre son travail, et notamment pour dialoguer avec l'AADEME à propos de notre dossier, que la SVAADE désigne un maître d'œuvre. Celui-ci doit être un architecte du patrimoine en raison de la réglementation des monuments historiques.
>
> La SVAADE est en contact avec deux d'entre eux qui pourraient faire équipe, un architecte chevronné (mais débordé de travail m'a-t-il dit) et un jeune, de sensibilité écologique, m'a-t-il semblé (je l'ai rencontré hier). Nous pensons que ce "tandem" pourrait être très efficace. Il est prévu que deux membres du bureau de la SVAADE et moi-même interrogions demain à 10 h 15 deux agents de la D.R.A.C., MM. (...), pour nous assurer qu'ils partagent notre manière de voir. M. ROCHAS, conservateur régional du patrimoine, a été informé de tout ceci. (...) n'a pas encore été informé par nous de l'idée de ce "tandem".
>
> Dès qu'un architecte du patrimoine (ou deux) aura été mandaté par la SVAADE, il prendra contact avec l'ADEME pour préciser les données du problème, c'est-à-dire, notamment, examiner les isolations thermiques les plus efficaces dans les parties du monument où, en l'état du chantier, elles sont envisageables, à savoir le logis, la tour Louis XIII et la ferme. Ailleurs (principalement le reste de l'aile Ouest), l'isolation est très récente et repose sur la juxtaposition d'une couche de "Skytech" et d'un matelas d'air de 2 cm d'épaisseur, retenu par des lattes de chêne de plus de 2 cm d'épaisseur.
>
> 2 - Le respect de la réglementation des E.R.P., notamment dans la perspective des concerts de 16 et 29 octobre prochains.
>
> Je viens de téléphoner au lieutenant Philippe COQUAIN, chargé de ces questions au S.D.I.S. 61.
>
> Je lui ai décrit l'état des lieux (un salon d'environ 70 m2 avec une porte et deux fenêtres sur cour) et la jauge des concerts (de 40 à 55 spectateurs en plus de deux musiciens). Il m'a conseillé de prévoir un extincteur.
>
> Il a pris note de ma déclaration, m'a dit ne pas pouvoir inspecter les lieux avant le concert du 16 mais prévoit de venir dans les jours suivants.
>
> Ceci sera pour la SVAADE l'occasion de lui montrer ses projets de travaux à ce stade et de se renseigner sur la réglementation applicable à ses travaux à venir.
>
> 3 - Par ailleurs, je peux vous assurer pour ma part que la SVAADE prend très à cœur ses nouvelles responsabilités.
>
> Depuis l'A.G. de la mi-août, je n'interviens plus que comme membre simple de l'association et j'entends, tout comme mon épouse, m'abstenir désormais lors de tous les votes en A.G. Plus généralement, toutes précautions sont prises pour garantir la parfaite indépendance de la SVAADE par rapport aux propriétaires.
> Un expert-comptable est en train d'être choisi de manière à permettre à la SVAADE de présenter des comptes certifiés.
> Le site internet de la Chaslerie, www.chaslerie.fr, où j'avais pris l'habitude de m'exprimer très librement, a fait l'objet d'un "recentrage" vigoureux à la demande expresse de la SVAADE de manière à éviter à cette dernière toute difficulté à ce titre.
>
> Une nouvelle A.G. de la SVAADE, d'ores et déjà convoquée pour 16 h 30 le vendredi 29 octobre prochain, donc juste avant le concert de 17 h 30, permettra d'évoquer les dossiers en cours et, vraisemblablement, de décider la signature d'un contrat de maîtrise d'œuvre ainsi que la stratégie au regard notamment de la "mission BERN".
Vis-à-vis de cette dernière, la SVAADE entend toujours être très active (donc déposer un dossier de qualité avant la fin novembre), en recentrant sa demande sur le clos et le couvert. Idéalement, ce dossier devrait être optimisé dans sa forme grâce, nous l'espérons, à un architecte du patrimoine suffisamment disponible et diligent.
> Je pense me faire l'interprète de Hugues HOURDIN en vous écrivant que vous êtes évidemment la bienvenue si vous souhaitez assister à l'A.G. et au concert.
>
> Hugues HOURDIN et moi-même nous tenons à votre disposition pour de plus amples renseignements que vous pourriez souhaiter, vous remercions encore une fois pour votre suivi de qualité de l'ensemble de ce dossier et vous prions d'agréer, Madame la sous-préfète, l'expression de nos respectueux hommages.
>
> Pierre-Paul FOURCADE
>
____________________________________________________________________________________

De : PREF61 pref-arg-collectivites-territoriales <pref-arg-collectivites-territoriales@orne.gouv.fr>
Envoyé : mardi 5 octobre 2021 14:57
À : Bernard SOUL ; LEGRAND Nathalie ; penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Fwd: Fwd: Re: [INTERNET] Manoir de La Chaslerie à Domfront en Poiraie
>>
>> Bonjour,
>>
>> Pour votre bonne information.
>>
>> Nous restons à votre disposition.
>>
>> Cordialement
>>
>> -------- Message original --------
>> Sujet : [INTERNET] Manoir de La Chaslerie à Domfront en Poiraie
>> De : LEGENTIL Fabrice <fabrice.legentil@ademe.fr>
>> Pour : christine royer <christine.royer@orne.gouv.fr>
>> Date : 05/10/2021 11:51
>>>
>>> Bonjour,
>>>
>>> Je fais suite à notre échange téléphonique concernant l’accompagnement potentiel de l’ADEME sur le dossier du manoir de La Chaslerie à Domfront en Poiraie.
>>>
>>> Je vous confirme n’avoir eu à ce jour aucune sollicitation de la part de monsieur FOURCADE ou de la SVAADE. La seule information sur le sujet est une lettre de soutien de monsieur Jérôme Nury (député de l’Orne).
>>>
>>> Je reste donc en attente d’une demande d’aide à déposer sur notre site en ligne : https://agirpourlatransition.ademe.fr/.
>>>
>>> Nous restons bien entendu à votre disposition ou celle du porteur de ce beau projet pour l’aiguiller dans ses réflexions.
>>>
>>> Cordialement,
>>>
>>> Fabrice LEGENTILDirecteur régional
>>>
>>> ADEME - Direction régionale Normandie30, rue gadeau de Kerville - Immeuble "Les Galées du Roi"76100 ROUENTél. 02 35 62 21 17 – Mobile : 06 07 74 02 79Mél. fabrice.legentil@ademe.fr www.normandie.ademe.fr

(Fin de citation)
SVAADE
rédigé le Samedi 16 Octobre 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Vie de l'association - SVAADE
0
(Projet de compte rendu)

Deux importantes réunions hier à la D.R.A.C. de Normandie conduisent la SVAADE à envisager les évolutions suivantes :

1 - Mieux libeller son objet social de manière à mieux coller à sa réalité et à ses besoins :
L'objet social actuel reflète les ambitions initiales des fondateurs, MM. Hugues HOURDIN et Pierre-Paul FOURCADE. Il s'agissait alors " dans la limite d’un rayon de 50 kilomètres autour de la mairie de Domfront-en-Poiraie (61700) :
- d’organiser, dans des lieux patrimoniaux, des manifestations culturelles de spectacle vivant ou des expositions du savoir-faire d’artisans d’art ;
- plus généralement, de mener toutes actions concourant à la promotion et à la défense du spectacle vivant et de l’artisanat d’art ; à cet effet, de prendre toute initiative, y compris, le cas échéant, d’ester en justice.
"

Quinze mois plus tard, la SVAADE s'est concentrée sur la recherche des moyens d'assurer le meilleur usage et la promotion du manoir de la Chaslerie, à des fins touristiques, culturelles et dans un esprit non commercial mais philanthropique, monument dont elle a pris à bail, le 18 août dernier, la plupart des bâtiments (tous, sauf le "bâtiment Nord" et les deux fournils).

C'est ainsi que la SVAADE a :
- pris en charge les visites du manoir par le public depuis le 18 août dernier, en particulier à l'occasion des dernières "Journées du patrimoine" ;
- mis au point une "visite virtuelle de la Chaslerie" accessible en ligne ;
- assuré une veille vigilante bien qu'amicale sur le contenu du site www.chaslerie.fr ;
- cherché à promouvoir le manoir en proposant au public l'achat (à des prix inférieurs au prix de revient) de maquettes de celui-ci ; dans le même but, elle a également proposé des grilles de coloriage pour les enfants et des lithophanies ;
- pris des contacts (y compris en effectuant des dons ou en achetant des œuvres à des artistes pressentis ou invités) dans les milieux associatifs, artisanaux et artistiques afin de définir et de mettre en place un programme d'animations de qualité (actuellement dénommé "Les sorties culturelles de la Chaslerie") ; à ce titre, organisé six réunions ouvertes au public en 2021 ;
- commencé à structurer un projet de restauration du manoir qui, en plein respect de la législation relative aux monuments historiques, adapte les lieux aux besoins de l'association, en permettant la bonne organisation d'expositions, de spectacles ou de résidences d'artistes ; dans ce but, elle a initié un processus de sélection d'architectes du patrimoine à qui serait confiée la maîtrise d’œuvre des travaux correspondants ;
- pris des contacts avec les élus locaux et les administrations en vue d'optimiser les chances d'un dialogue utile avec eux, tant en termes de respect des normes que de recherche de financements publics ;
- commencé à rechercher des mécènes privés en vue de permettre le financement des activités et des travaux de l'association ;
- pris des contacts avec la presse et via les réseaux sociaux afin d'informer le public sur ses actions.

En l'état du dossier, il apparaît très probable qu'une prochaine assemblée générale extraordinaire des membres de l'association (à jour de leur cotisation) aura à se pencher sur une modification des statuts visant :
- à mieux traduire le cadre des activités de l'association,
- voire à changer en conséquence sa dénomination.


2 - Mandater un ou deux architectes de patrimoine pour assurer la maîtrise d’œuvre du chantier envisagé :

Un dialogue circonstancié d'une délégation de la SVAADE avec les deux fonctionnaires de la D.R.A.C. qui, à la conservation régionale, suivent plus particulièrement le manoir, a permis de vérifier les règles à respecter et d'envisager un programme qui s'articulerait :
- pour les parties classées :
+ sur l'actualisation des études d'ores et déjà menées sur les menuiseries extérieures des bâtiments sur cour, de manière à pouvoir présenter ce volet du chantier à la "mission BERN" (idéalement avant la fin novembre 2021) et aux différentes entités publiques susceptibles de le subventionner (Etat, région Normandie, département de l'Orne) ;
+ sur l'organisation du dialogue avec le service régional d'archéologie de manière à permettre l'arrivée dans les bâtiments, et notamment à travers la cour, des circuits de chauffage nécessaire à la bonne poursuite des activités de l'association ;
+ sur le traitement rapide de la problématique dite "des poutres pourries", préalable reconnu à tous travaux à l'intérieur du logis ;
- pour les parties inscrites :
+ sur une actualisation des permis de construire obtenus en vue de la restauration de la "cave" et de la "ferme" ; il s'agirait de préciser les travaux intérieurs, notamment en liaison avec l'ADEME et le bureau d'études "Bee +" ; redonner son aspect de longère à la ferme pourrait être envisagé à cette occasion ;
+ sur une étude de diagnostic qui porterait sur l'ensemble du programme de travaux envisagé par l'association, de manière à mieux cerner les enjeux financiers et faciliter la prospection de subventionneurs et de mécènes (ce programme pourrait comprendre des travaux sur parties classées, à savoir (1) l'exhaussement du logis pour lui redonner son aspect extérieur antérieur à l'incendie de 1884 et (2) la restauration du circuit des douves).

Sur le plan pratique, la D.R.A.C. a été tenue informée des discussions en cours avec deux architectes du patrimoine (tous deux bas-normands, l'un d'eux résidant non loin du manoir) qui, aux dernières nouvelles (hier soir) accepteraient de coopérer en bonne harmonie "dans l'intérêt du monument".

La lettre de Hugues HOURDIN aux deux architectes du patrimoine pressentis est partie hier.
En rentrant de chez Philippe MENARD, au Sud d' Alençon, juste avant de traverser Arçonnay, au bord de la nationale, je suis tombé en arrêt devant ces magnifiques et énormes pilastres.

Ils me semblent tout à fait dignes d'inspirer ceux qui auront à orner l'entrée Sud de l'allée historique de la Chaslerie.

Ce sont ceux de l'ancien château de Maleffre, aujourd'hui disparu mais qui devait, j'imagine, avoir très belle allure :

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.


Près de ces pilastres, j'ai rencontré un chasseur d'escargots qui m'a recommandé d'aller voir le portail d'un manoir de Bellou-en-Houlme.
"Bellou ?" lui ai-je demandé, "connaissez vous S(...), le maçon de B(...) qui est intervenu chez moi dans le passé ?"
"Oui', m'a-t-il répondu sans hésiter, "lui et sa famille, ce ne sont pas gens faciles, car guère prompts à reconnaître leurs défauts ni leurs erreurs, de plus très rancuniers et se donnant toujours le beau rôle..."

Un ange est passé, dans un silence de plomb, que je me suis gardé d'interrompre dans son lourd survol...

Retour aux pilastres. A Bellou, à l'endroit indiqué, je n'ai rien vu qui mérite d'être immortalisé sur le site favori.

Mais, puisque je me trouvais dans le secteur, j'ai poussé jusqu'à Rânes, pour photographier les pilastres du château local :

21 octobre 2021.

Chouette chasse-roue :

21 octobre 2021.


Superbe grille (que m'avait signalée un chantre - mais aussi Roland FORNARI - il y a quelques années) :

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.


Relevons au passage quelques horreurs manifestes de la gestion d'un château par des élus incultes :

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.


Profusion invasive de décors factices à la con (que les censeurs de tout genre me pardonnent ce retour, désormais exceptionnel ici, à mon style naturel) :

21 octobre 2021.


J'ai poussé plus loin encore, jusqu'au château de Flers (autre exemple de gestion municipale d'un monument du même métal, la gestion, pas le monument) mais n'ai pu entrer dans son parc et me suis contenté de ces quelques vues :

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.

21 octobre 2021.



En résumé, je retiendrais bien volontiers, pour l'allée historique du manoir favori, un modèle de pilastres copiant, dans leur masse, leurs dimensions et leurs formes, ceux de l'ancien château de Maleffre.
Je pourrais souhaiter les hybrider avec ceux du château de Rânes, dont j'aime beaucoup, outre les chasse-roue, les murets latéraux à la vague baroquisante.
Il me semble que tout cela ne manquerait pas de manorialitude dans les lointains du manoir favori.
Décor trop riche, sans doute, mais, puisqu'on se trouverait là à quelques 534 mètres de la cour dudit manoir, les vues à partir de celui-ci se perdraient sous les frondaisons...

Bref, la messe est dite, affaire conclue !
Prochaine étape : demander son devis à un tailleur de pierre (granit) de qualité...

P.S. (à 2 h 30) : Trouvé via "Google", "Maleffre était un château fortifié, entouré de douves"...
Joseph HUBERT (par S.M.S.)
rédigé le Vendredi 22 Octobre 2021
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Vie de l'association - SVAADE - Vie du site - Entretien du site
1
Cher Monsieur,
J'ai bien reçu votre message et vous en remercie.
Malheureusement, je suis loin de votre région. Je suis toutefois avec intérêt l'évolution faite dernièrement dans la gestion des affaires de la Chaslerie.
Permettez-moi d'émettre un regret à ce sujet : le ton libre de PPF va nous manquer. Cette opération de "purge" du site pour être conforme aux lisses, aux tièdes et aux ennuyeux était insupportable.
Que la Svaade crée un site propre conforme aux normes de l'office du tourisme mais qu'elle ne vous (nous) impose pas le purgatoire public !
L'esprit PPF a fait la Chaslerie.
Des activités culturelles animées par des tièdes, il en existe dans chaque coin. Mais pas des PPF.
Amicalement,
JH

N.D.L.R. : Cher Monsieur,
Je précise pour les tiers que je ne pense pas vous avoir rencontré dans la "vie réelle". Vous êtes un membre du fan-club, à l'évidence fidèle, qui avez eu l'occasion de rédiger des messages ou des commentaires sur le site favori. C'est pourquoi, connaissant votre adresse de courriel, je vous avais tenu informé factuellement des dernières évolutions.
Je vous remercie sincèrement pour votre message plein d'empathie.
Sachez que j'ai accepté cette "censure" dans le seul "intérêt du monument" qui m'a toujours guidé et parce que j'avais conclu qu'il n'y a personne dans mon entourage qui soit désireux de me succéder dans la maîtrise d'ouvrage de ce chantier de restauration.
J'ai donc favorisé la création de la SVAADE il y a quinze mois, facilité autant que je l'ai pu l'organisation de premiers concerts, spectacles ou expositions dans le cadre du manoir. Et je l'assiste pour que cette délicate transition s'effectue avec ordre et méthode.
Donc je me plie aux règles édictées par la SVAADE (l'office de tourisme n'est pas en cause dans ce débat) et garderai dorénavant, comme elle me l'a demandé, mes états d'âme pour moi.
Longue vie à la SVAADE à qui je souhaite un plein succès dans tous ses efforts pour développer l'intérêt du public pour notre manoir favori !
Amicalement,
PPF
Alors que je m'escrime à essayer de rallumer le chauffage dans le bâtiment Nord, Carole est arrivée hier soir de Paris en prévision de la venue prochaine, pendant les vacances scolaires, des enfants et de leurs familles. Nous vivrons ainsi à douze, pendant une semaine, dans 65 m2 ou peu s'en faut. Carole m'a d'ailleurs suggéré d'aller coucher à l'hôtel pendant cette invasion, ce qui ne me semble pas une mauvaise idée. On sait en effet que je n'aime pas beaucoup que ma chambrette monacale soit traversée par des pieds, grands ou petits, pendant que j'y somnole ou y travaille. Or l'accès à la seule douche du bazar nécessite de traverser le cœur-même de ma thébaïde...

Ce matin, Carole m'entreprend de nouveau sur un autre sujet, celui de la livraison enfin d'une cuisine aménagée et dont elle puisse aisément entretenir le sol, actuellement provisoire en ciment, ceci depuis des lustres.

Cette fois-ci, j'accueille cette suggestion de façon constructive car je me dis que le jeune architecte du patrimoine que la SVAADE a contacté pourrait, parallèlement au chantier principal dont l'association sera le maître d'ouvrage, prendre en mains le chantier de cette cuisine, voire du cabinet de toilettes jouxtant le "petit salon" (M. PARCIANY n'ayant pas répondu à mes dernières sollicitations).

Donc l'idée de Carole est de ne pas attendre que soit mis en route le chauffage par aquathermie que l'on sait mais de substituer à la vieille chaudière au fioul qui n'en peut mais dans l'arrière-cuisine un chauffage par aérothermie dont les superstructures seraient dissimulées aux regards dans un édicule à construire dans l'arrière-cour. Cette idée me paraît brillante à ce stade de mes élucubrations diverses et variées. Et d'autant plus opportune que le jeune architecte du patrimoine en question m'a l'air écolo à beaucoup d'égards (pas les pires, j'espère).

Donc c'est topé pour moi. D'un point de vue administratif, ce jeune homme assurerait deux maîtrises d'ouvrage à la Chaslerie :
- l'une au titre d'une partie du "grand programme" de restauration de la SVAADE (il n'est pas encore habilité à intervenir sur les parties classées) ; pour celui-ci, la SVAADE serait le maître d'ouvrage ;
- l'autre, sur le bâtiment Nord voire sur le fournil du manoir, pour doter ces volumes d'un minimum de confort dans l'air du temps ; pour ce "petit programme", c'est moi qui continuerai à tenir mon rôle favori (si je puis dire), je veux dire celui de maître d'ouvrage.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 23 octobre 2021 10:27
À : "Cambérabéro"
Cc : Hugues HOURDIN ; (...) ; C. F.
Objet : RE: Pensées

Cher "Cambérabéro",

Vous mettez exactement le doigt sur la principale question soulevée par l'experte-comptable que le futur trésorier de la SVAADE et moi-même avons rencontrée avant-hier pour définir professionnellement les modalités opérationnelles définitives de l'intervention de l'association.

Imaginer que, malgré tous nos efforts et nos soins divers, variés et constants, nous n'arrivions pas à mettre en place un cadre "ad-hoc", respectueux de toutes les lois et de tous les règlements (qui prolifèrent dans ce pays) et coupant court de façon formelle aux appréciations malveillantes de mauvais esprits (qui ne manquent jamais, ni les premières, ni les seconds) voudrait dire que la politique régionale d'aide au patrimoine ne serait que de la poudre aux yeux pour les gogos, en Normandie sans doute mais aussi dans d'autres régions, voire dans toute la France.

Je vous le demande clairement : ceci vous semblerait-il envisageable ?

Amicalement,

PPF

P.S. : Maîtrise d'ouvrage, pas maîtrise d'œuvre, je fais, moi aussi et souvent, l'erreur...

___________________________________________________________________________________

De :"Cambérabéro"
Envoyé : samedi 23 octobre 2021 10:11
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Pensées

Cher PPF,
Certaines nuits je pense à vous (oui, je sais, c'est bizarre).
Vous appréciez la franchise et les discussions sans circonvolutions, cela me simplifie la tâche de vous présenter la nature de ces pensées.
J'ai de plus en plus de mal à imaginer un modèle dans lequel la SVAADE, sous sa forme actuelle, puisse poursuivre efficacement ses deux objectifs : l'organisation de spectacles, et la restauration du lieu pour les accueillir. La bonne gestion du premier est un frein permanent à la réalisation du deuxième, surtout à cause de l'énorme déséquilibre des sommes engagées.
Inévitablement, des esprits suspicieux songeront que l'activité de l'association n'est qu'une façade pour financer sa réelle intention : rénover le manoir de PPF avec le maximum de subventions. Le montage de l'opération (bail avec l'association, transfert de la maitrise d’œuvre, but déclaré) ne contribue pas à lever ces doutes.
Parallèlement, des personnes pourraient rejoindre l'association, et son bureau, intéressés par son but artistique, mais étrangères à sa deuxième ambition par rapport à la Chaslerie, et s'en détourner. Ce serait bien plus simple d'organiser ces manifestations sans devoir se préoccuper de cet encombrant monument pas chauffé. L'énergie des débuts est soluble dans l'ampleur de la tâche.
Je n'ai pas toutes les connaissances du dossier, que vous avez nécessairement accumulées, pour juger de la réalité de ce qui précède, ni pour souffler un début de solution alternative. Il s'agit juste d'un avis sur l'impression, plutôt négative, que pourrait donner la SVAADE, vue de l'extérieur. En vous ôtant le poids de la maitrise d’œuvre du chantier, vous avez surtout peut-être gagné une nouvelle source de tracas.
Cependant, j'espère beaucoup me tromper, et que le chantier redémarre, que le manoir se retrouve rapidement dans un état où il serait durablement sauvé. Car pour l'instant, son bâti, sain mais brut, n'est pas à l'abri d'une récupération par un margoulin qui le transformerait en hôtel de luxe ripoliné.

Amicalement,

LG

(Fin de citation)

En complément de cet important échange, je voudrais couper court à des interprétations stupides que l'on voit fleurir en certaines occasions (dans le secteur, on avait vu cela lors de la mise en vente du manoir de la Saucerie et j'avais alors volé dans les plumes de l'auteur d'insinuations dont la presse locale s'était faite l'écho).

La restauration d'un monument historique comme la Chaslerie est tout sauf un exercice rentable. J'ai déjà fourni, via ce site, tous détails sur les données en cause. Les voici résumées :
- la Chaslerie m'a coûté à l'achat environ 3,5 MF en 1991, ce qui était alors le prix d'un appartement parisien ;
- sa restauration depuis trente ans m'a coûté plus de 4,5 M€ de mes fonds propres, désormais proches de l'épuisement, soit près de dix fois le prix d'achat ; les subventions et autres recettes perçues par moi au titre du manoir n'ont pas atteint au total 12 % du coût des travaux menés à bien ;
- au bout de trente ans de travaux, je n'y dispose, pour y vivre en résidence principale et y accueillir mes proches, que de 65 m2 habitables toute l'année ;
- la valeur marchande des bâtiments de la Chaslerie avait été estimée professionnellement il y a quelques années et confirmée par le fisc lors du "contrôle fiscal approfondi" dont j'avais fait l'objet ; elle serait peu différente du prix d'achat ; le fait que, pour les plus de 18 ans à venir, l'essentiel de la Chaslerie soit loué à une association indépendante des propriétaires est, à elle seule, de nature à casser encore la valeur marchande du bien dans l'hypothèse où il viendrait à quiconque l'idée de s'en séparer ;
- j'ai l'habitude de tenir tous mes dossiers en ordre donc serais à tout moment en position de fournir tous justificatifs de mes dires et prétentions.