Administraaaâââtion

Alors que nous observions le manoir, calés dans des chaises longues installées dans l'arrière-cour, mon aîné m'a demandé, hier après-midi, ce qui me bloque pour avancer dans mes travaux. Il faisait alors allusion aux contraintes financières. J'ai répondu ne plus me sentir capable, pour les raisons qu'il connaît, d'absorber l'installation de la chaufferie centrale qui conditionne l'habitabilité de l'ensemble des bâtiments ; à sa demande, je lui en ai donné l'ordre de grandeur du coût, soit 150 000 €. "Et au-delà ?" a-t-il poursuivi. J'ai expliqué que, pour ce qui concerne la "bulle" que je souhaite livrer (à savoir le colombier et la moitié Nord du logis, mais également la cuisine du bâtiment Nord et un cabinet de toilettes au rez-de-chaussée de ce dernier bâtiment), le principal préalable technique, après la question du chauffage, sera de résoudre la problématique des "poutres pourries" et de la cheminée au 1er étage Nord du logis. Pour ce qui concerne le colombier, ai-je enchaîné, il y aurait l'installation d'un "escalier-en-facteur-commun" à prévoir, sur des plans améliorés par rapport à ceux d'Arnaud PAQUIN ; à ce sujet, l'architecte en charge de la "mission n°2" réfléchit à une optimisation de l'usage du volume entre cet escalier et le colombier ; elle recommande d'ores et déjà de réaliser cet escalier en bois (j'ai demandé que les marches soient recouvertes de tomettes) mais je ne serais pas davantage en mesure, ai-je précisé, de supporter le coût d'un tel escalier, encore à chiffrer ; j'ai néanmoins chargé cette architecte d'inclure, pour des raisons de bon sens, ce dernier dans le dossier de demande de permis de construire à déposer.

Puis nous nous sommes rendus dans l'aile Ouest. Au second étage du colombier, mon aîné doute que la "chambre des tourtereaux" soit hospitalière l'hiver ; j'ai expliqué que mon objectif est que le chauffage en soit bien dimensionné. Dans les combles des écuries, il a vu des défauts dans l'échantillon de menuiseries entre chevrons réalisé et trouve que ce sera un gros travail ; je lui ai dit que je pense pouvoir y arriver, même si cela prendra quelque temps.

Dans le bâtiment Nord, Carole et ma belle-fille semblent s'être mises d'accord sur les grandes lignes du parti à retenir pour l'aménagement de la cuisine : l'arrière-cuisine en resterait isolée (selon le vœu de Carole que je n'ai pas réussi à faire bouger à ce sujet) et, si je comprends bien, l'espace de cuisson serait installé contre le mur du fond (celui de parpaings, actuellement peint en bleu).

Enfin, mon aîné insiste sur la nécessité qu'internet puisse être reçu partout dans les bâtiments sur cour ; en l'état du chantier, il ne peut en effet "recevoir ses calls" que dans la cuisine ou ma "chambrette monacalo-monastique", ce qui n'est certes pas des plus confortables, ni pour lui, ni pour moi.
Voilà ce que j’utilise pour avoir Internet partout dans une grande maison. Tu peux coupler 6 répéteurs son à ton routeur Internet et tu obtiens une couverture de l’ordre de 800 m². Il est peut-être possible d’acheter plus de ses répéteurs pour couvrir une plus grande surface.
Je suis personnellement très content et je suis étonné de la portée à l’air libre, en particulier dans le jardin. Habitant à la campagne au Maroc, je reçois Internet par une antenne GSM. Pour améliorer la réception, j'ai installé le routeur sur le toit dans une boîte étanche et le débit a été multiplié plusieurs fois.
Il est possible qu’il existe des modèles plus récents ou qui permettent le couplage d’un plus grand nombre de ces répéteurs. L’installation est aussi très simple avec un logiciel très intuitif à télécharger sur son téléphone.
Il faut compter un quart d’heure d’installation ; il n’y a pas de câbles à tirer puisque ces répéteurs se branchent sur une prise de courant et amplifient le signal reçu, soit à partir du routeur principal, soit à partir du répéteur le plus proche.

N.D.L.R. : Merci beaucoup pour l'info !
J’ai vérifié, on peut connecter ensemble jusqu’à 8 boîtiers, chacun couvrant 185 m². Le modèle déco M9 est plus puissant et l’on peut connecter jusqu’à 10 boîtiers. Mais il est nettement plus cher.

N.D.L.R. : Merci !
Cambérabéro (par courriel)
rédigé le lundi 1 juin 2020
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Bonjour,

Sur la photo de ce matin, on dirait que la sécurité de la scie a été retirée, qui protège la lame au-dessus du plateau :

1er juin 2020.

C'est très dangereux, surtout sur ce modèle combiné que l'on peut utiliser en mode scie à onglet (découpe par le bas de la lame) ou en mode scie sur table (découpe au dessus). On est attentif sur le coté de la lame que l'on utilise, et on oublie l'autre.
La photo n'est pas assez nette pour bien voir, mais si c'est le cas, le deuxième accident de l'année est proche...

Cordialement,

N.D.L.R. : Message reçu. J'ai rappelé les règles de sécurité :

1er juin 2020.

1er juin 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 1 juin 2020
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Les deux premières travées des brisis Ouest sont traitées :

1er juin 2020.

1er juin 2020.

L'encadrement des "casts" sera fabriqué ultérieurement par un menuisier :

1er juin 2020.

1er juin 2020.

Christian a poncé les premiers chevrons de la troisième travée (correspondant au deuxième "cast") :

1er juin 2020.


Il essayera de revenir vendredi de manière à ce que, le week-end prochain, mon aîné ait un aperçu des terrassons traités.