Message #17755

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 24 janvier 2015
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
Après s'être renseignée auprès de la DDTO de Flers et du CRPF, la secrétaire de mairie de La Haute-Chapelle m'a appris que je devais contacter l'A.B.F. pour obtenir l'autorisation de planter ma nouvelle parcelle ZT 39.

J'en suis à mon second courriel à M. BOCHET, du S.T.A.P. d'Alençon, pour lui expliquer mes intentions. Voici en effet nos échanges :

- mon courriel du 20 janvier dernier :

(début de citation)

Cher Monsieur,

J'ai le projet de planter d'arbres (chênes et hêtres pour l'essentiel) un bout de la petite parcelle nouvelle ZT39 (qui fait elle-même moins de 3 ha) que j'ai achetée en 2014 afin de rendre possible et subventionnable le moment venu la restauration de l'Avenue ISMH de la Chaslerie.

En 2015, je souhaite planter sur ce bout de parcelle ZT 39 des arbres de manière symétrique à ce qui existe déjà de l'autre côté de l'Avenue (plantations de 1999). Pour ces plantations nouvelles, je ne sollicite pas de subvention. Le sylviculteur que je désire charger de ces plantations-ci (comme il l'a été des précédentes) me dit que, depuis 2 ans, il faudrait une autorisation de l'administraaaâââtion. Ceci me paraît bizarre, s'agissant de choses tout à fait banales, mais vous trouverez ci-après les précisions qui m'ont été données par la mairie de La Haute-Chapelle, après consultation de la DDTO et du CRPF. Donc si autorisation il faut, je serais prêt à la solliciter dans les formes nouvelles idoines. Je vous prierais alors de bien vouloir me les apprendre.

Quant à la restauration de l'Avenue proprement dite, c'est-à-dire le gros morceau, avec terrassements, restauration de la chaussée et plantation des talus, elle est renvoyée à des jours meilleurs financièrement pour moi. Mais je n'y renonce nullement. Chaque chose en son temps.

Bien cordialement,

PPF

(fin de citation)

- la réponse du 22 janvier de M. BOCHET :

(début de citation)

Monsieur,

Avant toute chose, je vous présente mes meilleurs vœux pour cette année 2015 ainsi qu'à vos proches.

En réponse à votre courriel, une réponse précise pourra vous être apporté lorsque vous nous aurez précisé l'endroit exacte du projet des plantations sur la parcelle.

J'ai imprimé un extrait cadastral où j'ai bien situé la parcelle mais sans pouvoir en définir l'endroit précis du projet.

Auriez-vous la possibilité de me faire parvenir sur un extrait de plan l'implantation du projet.

Restant à votre disposition, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments respectueux.

(fin de citation)

- mon courriel du même jour, avec copie à M. MAFFRE :

(début de citation)

Cher Monsieur,

Merci pour vos vœux. Recevez les miens en retour.

Je vous transmets deux documents pour préciser ma demande :
- le plan de ma nouvelle parcelle ZT 39, située au Sud du manoir, le long de l'Avenue ;


- un schéma de mon projet de plantations ;

Comme indiqué précédemment, il ne couvrirait qu'une petite partie de la parcelle ZT 39, à savoir la pointe la plus éloignée du manoir ; les plantations seraient réalisées de manière à ce que deux allées existant à l'Est de l'Avenue aient leurs symétriques à l'Ouest (ce sont les pointillés) ; il y aurait en plus une allée le long de la limite avec mes voisins Christophe et Ludovic VINCENT.

En fait, j'ai un souci immédiat principal : éviter que mes voisins ne continuent à couper l'herbe sur son ancien terrain (car, s'il le faisaient 2 ans de suite, même sans mon accord, le droit agricole est tel que ça vaudrait bail en leur faveur...), donc bien délimiter mon fond par une nouvelle allée marquant la "nouvelle frontière" ; et, tant qu'on y est, puisque je ferais venir un sylviculteur, lui demander de préparer le paysage alentour avant la restauration de l'Avenue.

(...) Il s'agit en effet d'arriver à restituer un jour enfin aux abords Sud de la Chaslerie l'aspect qu'ils ont malencontreusement perdu à l'occasion de la vente des Biens Nationaux...

J'espère que ces explications seront assez claires.

Cordialement,

PPF

(fin de citation)

Attendons la suite.

P.S. du 25 mars 2015 : Ludovic VINCENT est passé me voir cet après-midi pour me dire qu'il aimerait creuser le fossé convenu en limite de nos deux fonds, avec écoulement vers les douves. Je lui donne le numéro de téléphone de Thierry BOURRE pour qu'ils se coordonnent. Au passage, Ludovic me montre qu'il a lu le message ci-dessus et me réaffirme qu'il n'a jamais été question, pour lui et son frère, de se prévaloir de la "règle des deux ans". Je leur en donne acte bien volontiers.

Commentaires