Pouvoirs publics, élus locaux

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 21 juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
1
1 M € H.T. de travaux : il ne fait pas de doute que certains sont particulièrement doués pour drainer vers eux l'argent public. Question d'"humanisme", je suppose :

21 juillet 2020.

Chacun appréciera :

21 juillet 2020.

Le bon côté de la chose est qu'Igor a retrouvé là du travail, sous la férule de Sébastien DUVAL, donc à bonne école. Nous nous sommes salués sans rancune. Il a un peu forci depuis qu'on ne s'est vus. Il attend toujours d'être admis à la formation qu'il souhaite :

21 juillet 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 26 juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Il se confirme qu'il est difficile de s'extraire des "Urgences" du secteur quand on y est arrivé conduit par les pompiers. Pas de taxis, pas d'ambulance pour vous ramener chez vous.

Hier, l'épouse de Sébastien LEBOISNE s'est dévouée. Je l'en remercie.
La revue de Michel ONFRAY - FRONT POPULAIRE (par courriel)
rédigé le mardi 28 juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
3
L’IDÉE DE LA SEMAINE

L’idée la plus plébiscitée de la semaine nous provient de @Ramu59 et concerne la durée des mandats de nos représentants : « Je proposerai un mandat présidentiel unique de sept ans pour que le président ne soit plus obnubilé par sa réélection mais par la réussite de son septennat. De même je proposerai de réduire le mandat législatif à quatre ans afin que les français puissent sanctionner une mauvaise représentation de leurs députés si besoin. Président : 7 ans - Députés : 4 ans ».

N.D.L.R. : Que voici des idées hautement stupides ! Si le Mimi n'est plus capable que de porter au pinacle ce genre d'inepties, il serait temps qu'il prenne sa retraite !

Où a-t-il vu que le bricolage constitutionnel réglait en quoi que ce soit les problèmes ? Et en quoi un mandat unique serait-il la garantie d'un bon comportement alors que la perspective de devoir être réélu pour rester en poste serait source de plus d'inconvénients que d'avantages ? Mystère !

Poubelle !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 29 juillet 2020 23:08
À : (...)@culture.gouv.fr
Cc : Eric MAZIER - Responsable OT DOMFRONT
Objet : Demande d'inscription du manoir de la Chaslerie au programme régional des Journées du patrimoine 2020

PAR COURRIEL AVEC MENTION SUR LE SITE CHASLERIE.FR

Madame,

Mes courriels précédents à vous adressés étant restés sans réponse, je réitère ma demande, avec mention sur le site www.chaslerie.fr auquel l'expérience montre que certains de vos collègues de la DRAC ne sont pas toujours insensibles.

Il semble qu'il ne soit plus possible de s'inscrire aux "Journées du patrimoine" sans passer par votre site openagenda.com/jep-2020-normandie/.

Or je trouve celui-ci impossible d'accès pour y porter la mention qui m'intéresse, comme je vous l'ai déjà signalé. En tout cas, je n'ai plus la souplesse d'esprit ni la patience de me plier aux prétendues "simplifications administratives" dont ce site est, à l'évidence, un nouvel avatar. Aussi n'ai-je pu, de ce fait, y mettre en ligne mon annonce avant le 15 juillet dernier comme il était demandé. De plus, je trouve ce site très mal conçu puisque nombre d'annonces y sont publiées plusieurs fois et que l'on y chercherait en vain un sommaire, doté des liens "ad-hoc" permettant de se repérer utilement dans le désordre complet qui y prévaut.

Par ce courriel-ci, qui sera suivi d'une L.R.A.R. s'il reste également lettre morte, je réitère que, comme depuis une trentaine d'années, je désire que le manoir de la Chaslerie soit inscrit au programme régional dont vous êtes, à ma connaissance, en charge de la gestion. Les conditions seront les conditions habituelles, qui ne changent pas d'une année sur l'autre, donc devraient vous être enfin connues.

Bien entendu, il ne serait pas refusé que vous fassiez en sorte qu'en dépit du franchissement de votre date-limite, l'événement reçoive la même publicité que pour les autres monuments.

Ci-joint une photo récente de la Chaslerie vous permettant d'illustrer votre article :


Je mets en copie l'office de tourisme de Domfront afin qu'ils pensent à compléter votre programme au cas où vous ne remédieriez pas aux défaillances constatées, du moins celle concernant la Chaslerie.

D'avance merci.

Salutations distinguées,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 31 juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Pouvoirs publics, élus locaux
1
Dans le numéro de "Paris-Match" que m'a communiqué ma mère hier après-midi, je lis cet article avec lequel je suis totalement d'accord :


La restauration de Notre-Dame a en effet été abandonnée aux kroumirs en position de monopole mal contrôlé et toujours prompts à le défendre bec et ongle et le résultat sera d'une affligeante platitude. Quand la charte de Venise asphyxie toute prise de risque. C'est nullissime mais, avec de tels cocos à la barre, à ce point imbus de leur prétendu savoir, pouvait-il en être autrement ?
Philippe MEYER (via "Facebook")
rédigé le dimanche 2 août 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Nature (hors géologie)
0
Jürgen Habermas, Le Monde, 10 avril 2020 :
« D’un point de vue philosophique, je remarque que la pandémie impose aujourd’hui, dans le même temps et à tous, une poussée réflexive qui, jusqu’à présent, était l’affaire des experts : il nous faut agir dans le savoir explicite de notre non-savoir. Aujourd’hui, tous les citoyens apprennent comment leurs gouvernements doivent prendre des décisions dans la nette conscience des limites du savoir des virologues qui les conseillent. La scène où se déroule une action politique plongée dans l’incertitude aura rarement été éclairée d’une lumière aussi crue. Peut-être cette expérience pour le moins inhabituelle laissera-t-elle des traces dans la conscience publique. »

N.D.L.R. : En clair : on est tous dans la merde pour un moment. Pas la peine de jargonner.
Haute-Corse : la restauration de la tour d'Albu fait débat

La restauration de la tour d'Albu fait débat en Corse. Elle a été enduite de chaux, ce qui lui donne un aspect neuf, dans les règles de l'art, mais qui ne plaît pas à tout le monde.


N.D.L.R. : Je trouve cela très bien. Le débat, je l'aurais souhaité sur l'idée de remonter la partie disparue. Je pense que j'aurais voté pour.
Jérôme NURY (via "Facebook")
rédigé le dimanche 2 août 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Deuxième lecture du Projet de loi bioéthique : j’ai voté CONTRE.
Nous avons terminé cette nuit, ou plutôt ce matin, l’examen en deuxième lecture de ce texte, ô combien important et aux conséquences immenses.
Quelle drôle d’idée de la part du Gouvernement de faire examiner fin juillet ce projet de loi, alors que la France entière est préoccupée par les conséquences du confinement. Et terrifiée à l’idée d’une reprise à grande ampleur de l’épidémie de COViD.
Il y avait certainement plus urgent...
Des amendements redoutables en Commission spéciale ont été ajoutés au projet initial : implantation possible d’ovocyte fécondée in vitro d’une conjointe vers une autre, PMA post-mortem, tri des embryons selon leurs caractéristiques chrosomiques... heureusement nous avons bataillé contre ces rajouts qui n’ont finalement pas été validés dans l’hémicycle.
Cette révision des lois bioéthiques, ne se résume pas à la PMA pour toutes. Elle prétend aussi répondre aux progrès de la science et aux évolutions de notre société. Sur ces sujets complexes, qui touchent à la fois à nos convictions, à notre intime, à nos histoire personnelles et à nos vies, il est prudent de bien réfléchir. De s’interroger. D’écouter les spécialistes, les scientifiques, les philosophes... La science évolue mais est-ce toujours un progrès ? Le techniquement possible est-il toujours humainement souhaitable ?
Parce que je suis vigilant sur ces sujets d’éthique qui engagent toute notre société et notre rapport à la vie.
Parce que je suis opposé à toute dérive sur les recherches embryonnaires associant des souches animales et humaines.
Parce que je ne cautionne pas le bricolage de notre État Civil et la modification de notre droit de la filiation.
Parce que que je ne suis pas favorable au droit à l’enfant mais au droit de l’enfant et que je crois qu’il est préférable pour un enfant d’être élevé par une mère et un père.
Parce que je crains que cette loi ouvre au nom de l’égalité, la GPA et la marchandisation du corps.
Comme lors de la première lecture, j’ai voté CONTRE ce texte.


N.D.L.R. : Merci pour ces idées de bon sens. Le Jupiter-de-mes-deux-transgressif-sans-foi-ni-loi n'a pas fini de nuire.
Michel BERA (via "Facebook)
rédigé le lundi 3 août 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
J'aime bien cette photo, le Château émergeant qui incarne l'Etat qui structure et protège. Après cette très courte visite, j'ai des pensées coupables, comme de voir une statue de Colbert dans la cour d'honneur du Cnam, même si ce n'est pas trop tendance ces temps-ci.

Après tout, Richelieu et Mazarin étaient Prieurs du Prieuré royal de Saint-Martin, où se trouve aujourd'hui le Cnam.

Les (rares) visiteurs étaient plutôt sérieux en matière de masques dans les passages provoquant une densité de personnes (guichets, toilettes, petit train).
— à Château de Versailles


N.D.L.R. : "l'Etat qui structure et protège"... Quelle vision idyllique ! Un peu d'un autre âge, non ? Ou bien nous ne vivons pas dans le même Monde...

... et si tu n'a pas de plus coupables pensées que d'imaginer la statue de Colbert dans la cour d'honneur du Cnam, vaque à tes occupations et rassure-toi mon fils car en vérité je te le dis, tu seras pardonné !

Les sauvages ont installé un petit train dans le parc ? Rassure-moi vite, si c'est possible !

Les photos, elles, sont excellentes.

N.D.L.R. 2 : Michel BERA me répond qu'il y a là un petit train à roulettes qui a quatre arrêts : Grand Canal, Grand Trianon, Petit Trianon et Château. Il y a aussi des petites voitures électriques comme pour le golf, et des barques sur le Grand Canal.

Pauvre France, livrée aux ploucs incultes et abrutis !