Abords, Avenue, terrasse

0
Si les "gilets jaunes" ne le bloquent pas, il est prévu qu'Igor revienne aujourd'hui. Christian a proposé que je les laisse, Igor et lui, retirer les branches trop grosses que les élagages et tailles de formation antérieurs ont laissées sur le terrain, sous forme d'andains. Christian voudrait en effet pouvoir, à la belle saison, débroussailler au tracteur les travées entre rangées d'arbres.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 21:57
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : T.F.
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Je viens de réviser et de compléter le texte de mon message en ligne. Tout cela est en train de devenir beaucoup trop difficile pour moi. Je n'en peux plus de toutes les contraintes auxquelles je devrais faire face pour continuer à avancer à ce stade. Cela est devenu impossible, je suis prêt à jeter l'éponge. Et advienne que pourra !

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 13:39
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Pour info : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44994

Pourriez-vous contacter (...) pour apprendre comment interpréter cette lettre ?

Par ailleurs, "Enedis" vient de m'appeler à l'instant pour l'histoire de transfo que vous savez. Ils voulaient encore me coller des appareillages visibles à l'extérieur de la charretterie. J'ai dit à mon interlocutrice (06 78 73 59 07) que vous alliez déposer une demande de permis de construire pour mes travaux et que le volet "Enedis" serait réexaminé avec eux à ce moment.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Comme me le disait amicalement Arnaud PAQUIN il y a quelques jours, j'ai besoin de prendre un peu de champ par rapport à notre chantier favori. Je crois que c'est le moment, le chantier est très calme, dans l'attente du foreur dès qu'il aura reçu ses tuyaux. Je n'ai plus rien à ajouter aux divers dossiers qui font si souvent mon quotidien, tout est en ordre de mon côté.

Aujourd'hui, la météo clémente m'encourage à aller faire un tour à Villers pour y marcher sur la plage, au grand air, en compagnie de Carole qui s'y repose quelques jours dans l'appartement de ses parents.

J'espère que les "gilets jaunes" ne me retarderont pas trop. Hier, sur la route d'Alençon, ils étaient présents mais ne bloquaient pas la circulation.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 4 décembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Le foreur, David BREBANT, vient d'arriver, avec les tuyaux nécessaires pour trois puits :

4 décembre 2018.

Je comprends que chaque puits se traduira par 2 m3 de gravats réutilisables, paraît-il, en fond de tranchées.

Il est prévu que les 1 900 mètres de forages soient achevés pour la fin décembre. Quant aux tranchées, elles ne sont pas encore programmées.
J'avais, à mon habitude, roulé au milieu de la nuit. Je voulais ne pas perdre des heures dans les bouchons des "gilets jaunes" et être présent, ce matin, pour le début des forages.

Mais, une fois arrivé sur place, j'ai appris que celui-ci serait repoussé de 24 heures.

Demain également, l'entreprise "Netto-Décor-Propreté" reviendra, quant à elle, répandre des produits chimiques à triple dose dans la tour Louis XIII et la chapelle car j'en ai plus qu'assez de devoir aspirer des tombereaux de cadavres de mouches dans ces bâtiments.
La journée devait se traduire par la réalisation du 1er des 19 forages à 100 m de profondeur dont j'avais, il y a quelques semaines, signé le devis préparé par David BREBANT.

La journée a commencé normalement :

6 décembre 2018 à 9 h 51.

6 décembre 2018 à 9 h 52.

Le trépan a été placé au-dessus de la 1ère marque que David BREBANT avait apposée dans l'herbe, au coin Nord-Est de la pièce de terre qui jouxte la charretterie au Sud...

6 décembre 2018 à 9 h 52.

... puis le forage a commencé, à 9 h 53 précisément :

6 décembre 2018 à 9 h 53.

Des tubes de 3 mètres de long chacun ont été vissés bout à bout au fur et à mesure que le trépan descendait :

6 décembre 2018 à 9 h 54.

6 décembre 2018 à 9 h 54.

Le décompte décroissant de ces tubes, placés sur le côté du derrick, permet de comprendre à quelle profondeur le trépan est descendu :

6 décembre 2018 à 9 h 56.

6 décembre 2018 à 9 h 57.

Très rapidement, on a rencontré du schiste en décomposition :

6 décembre 2018 à 9 h 58.

6 décembre 2018 à 9 h 58.

6 décembre 2018 à 10 h.

6 décembre 2018 à 10 h.

6 décembre 2018 à 10 h.

Sur le côté de cette photo, on dénombre 35 tubes ; il y en a assez pour descendre par conséquent à 105 mètres sous la surface du terrain. Ici, tous ont réintégré le côté de l'engin car on retire le premier trépan, celui destiné aux sols meubles, d'une largeur de 254 mm, après qu'il a percé les 12 premiers mètres :

6 décembre 2018 à 10 h 05.

6 décembre 2018 à 10 h 06.

Voici les machoires de ce premier trépan :

6 décembre 2018 à 10 h 06.

Il faut alors tuber ces 12 premiers mètres de manière à empêcher les terrains meubles d'obstruer le trou ; ce tubage s'effectue avec ces tubes bleus, de 4 mètres chacun :

6 décembre 2018 à 10 h 06.

6 décembre 2018 à 10 h 07.

6 décembre 2018 à 10 h 07.

6 décembre 2018 à 10 h 08.

Le second trépan, de 165 mm de diamètre celui-ci, peut alors entrer en action dans la pierre au niveau de laquelle nous venons de parvenir :

6 décembre 2018 à 10 h 08.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 09.

6 décembre 2018 à 10 h 11.

6 décembre 2018 à 10 h 11.

6 décembre 2018 à 10 h 12.

6 décembre 2018 à 10 h 13.

A 10 h 13, de l'eau ressort du tube. C'est, paraît-il, de l'eau de surface, sans intérêt pour la géothermie :

6 décembre 2018 à 10 h 13.

6 décembre 2018 à 10 h 14.

6 décembre 2018 à 10 h 15.

A 10 h 23, nous sommes interrompus par le livreur des sondes destinées à être enfilées dans les trous qu'il est prévu de creuser jusqu'à 100 mètres de profondeur. Le conducteur du poids-lourd est habile. Donc, jusque là, tout va bien et suit son cours normal :

6 décembre 2018 à 10 h 23.


(J'espère que vous appréciez mon sens du suspense.)
Le livreur est une entreprise de Laval. Il m'a l'air plus malin que son confrère "Normatrans" qui fait toujours des difficultés quoi qu'il ait à livrer à notre manoir favori.

Ici, la livraison porte sur une belle collection de sondes pour géothermie profonde :

6 décembre 2018 à 10 h 25.

6 décembre 2018 à 10 h 26.

6 décembre 2018 à 10 h 28.

6 décembre 2018 à 10 h 40.

6 décembre 2018 à 10 h 45.

J'encourage ce chauffeur à repartir en remontant l'allée historique, en direction du bourg de La Haute Chapelle :

6 décembre 2018.

6 décembre 2018.

Manque de chance, ses roues patineront un peu plus loin et il faudra l'intervention amicale de mon voisin Claude FAVERIS, que j'en remercie, et de son tracteur pour désembourber cet équipage.
Le forage se poursuit, sans difficulté particulière, jusqu'à l'heure de la pause pour le déjeuner. On rencontre deux types principaux de roches, un schiste noir et une pierre blanche qui, d'après moi, doit être du grès armoricain (la "pierre de Domfront"). La pierre est réduite en poussière par le trépan, d'où ces fumées :

6 décembre 2018 à 11 h 31.

6 décembre 2018 à 11 h 32.

6 décembre 2018 à 11 h 32.

6 décembre 2018 à 11 h 35.

6 décembre 2018 à 11 h 35.

6 décembre 2018 à 11 h 39.

6 décembre 2018 à 11 h 41.

6 décembre 2018 à 11 h 56.

6 décembre 2018 à 11 h 58.