Abords, Avenue, terrasse

Voici une bonne chose de faite :


En réalité, je suis engagé dans des activités sylvicoles depuis plus de vingt ans mais j'ai la flemme de demander la correction.

En tout cas, je me réjouis (on a les joies que l'on peut) d'être autorisé à récupérer la T.V.A. avant que ne soient lancés les travaux d'empierrement d'allées que l'on sait.
Comme il l'a encore démontré hier, Arnaud PAQUIN écoute ce que je lui dis et analyse finement les particularités du monument que je lui signale. Il est donc à même de préparer des documents que je pourrais signer sans réserves, tant ses contributions me paraissent susceptibles d'être dignes du label "qualité FOURCADE".

Pour autant, le principal problème pratique que nous rencontrons est celui des délais de préparation de ces documents. Ceci n'est pas une critique de ma part car je comprends bien qu'Arnaud PAQUIN a en portefeuille de magnifiques monuments, d'une autre taille que la Chaslerie, de sorte qu'il doit partager son temps au mieux possible entre ses divers clients, ce qui ne doit pas être aisé.

Tout ceci pour dire que je suis alléché par les premières contributions, encore partielles à mes yeux, d'Arnaud PAQUIN mais tiraillé par le souhait de pouvoir fournir en temps utile aux entités subventionneuses les dossiers qu'elles me réclament pour réamorcer la pompe. A ce sujet, je crains que les sources ne se tarissent, tant je vois poindre tous les périls de l'heure, à commencer par une récession ravageuse due à l'aveuglement (au mieux) de nos dirigeants, par exemple en matière de politique énergétique.

Donc, d'un côté, j'aimerais pouvoir dès que possible obtenir d'Arnaud PAQUIN un dossier complet et de "qualité FOURCADE" sur l'ensemble du programme de travaux envisagés en liaison avec "La SVAADE". Mais je sais que ce sera délicat. Et de l'autre, j'ai le souci de ne pas laisser une nouvelle fois passer le tour de la Chaslerie lors des distributions de la manne publique.

Bref, que faut-il que je fasse ? Me cramponner à mon désir de pouvoir présenter un projet global suffisamment détaillé ? Ou bien, en rabattre dans mes ambitions méthodologiques, donc mettre dans les tuyaux un premier dossier, partiel et incomplet, qui m'obligerait à repasser plusieurs fois aux guichets pour solliciter les mêmes interlocuteurs, de façon itérative donc usante pour eux ?
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 4 août 2022 18:04
À : spie-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr <spie-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr>
Objet : Réf : 429447881 00021

Message pour M. Jacques BITOT

Monsieur,

J'accuse réception de votre courrier du 22 juillet dernier ci-joint :


Je vous prie de m'indiquer quand je pourrais passer à votre bureau de Domfront pour une leçon particulière sur l'emploi de votre logiciel.

Il s'agit pour moi, pour l'essentiel, de récupérer la T.V.A. sur mes activités de sylviculteur.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
En fait, dans la cour, il s'agit au moins autant d'un cailloutis que d'un pavement.

Et dire que cela, classé parmi les monuments historiques par légèreté manifeste d'instruction du dossier, puisqu'on n'en soupçonnait même pas l'existence, nous vaut depuis trente mois tant d'emmerdements !