Abords, Avenue, terrasse

Quel printemps pourri ! En 21 ans de Normandie, je n'ai jamais vu cela, il a dû pleuvoir plus de 2 jours sur 3. Et ça continue de plus belle aujourd'hui.

Le bon côté de la chose, c'est qu'après l'élagage rigoureux et systématique que je leur ai fait subir au printemps, les arbres de la Chaslerie sont en très grande forme ; les troncs se développent et s'allongent comme je ne l'aurais jamais espéré. Il va falloir que je contacte Thierry BOURRE pour qu'il me réexplique comment et quand éclaircir les plantations.

N'étant pas sûr de pouvoir tenir demain les rubriques habituelles de notre site favori, je vous présente l'état des lieux ce soir à 22 heures :

28 juin 2012, le chantier du mur Ouest de la douve Nord en fin de journée.

Au mur Ouest de la douve Nord, Igor et Jonathan ont quasiment fini de monter le dos d'âne et jointoyé l'essentiel de sa face Est. Au cours des prochains jours, ils jointoieront ce mur du haut en bas en commençant par la paroi Est.

28 juin 2012, vue vers le Sud.

Du côté de l'Avenue, Bernard a tondu l'herbe, c'est nickel ! J'espère pouvoir lancer le chantier de restauration (non subventionné) de cette voie triomphale en puissance dans les tout prochains jours.

J'ai emmené Carole voir où en étaient rendus Igor et Jonathan. Je lui ai demandé ce qu'elle remarquait, observant bien ses réactions. En fait, elle n'a rien noté de particulier ; je veux dire par là qu'elle ne s'est pas rendu compte, avant que je ne le lui signale, que 5 chênes et un énorme noisetier avaient disparu à côté du mur Ouest de la douve Nord. J'avais déjà observé le même phénomène lorsque, à l'occasion de la restauration de la charretterie, j'avais fait abattre le chêne sous lequel elle avait l'habitude de garer sa voiture. C'est dire à quel point la minéralitude est prégnante ici !

29 juin 2012 vers 16 h.

Ce soir, Igor et Jonathan ont jointoyé le quart supérieur de la paroi Est du mur Ouest de la douve Nord (ils sont ici en train de brosser les joints). A ce rythme, je pense que nous pourrons récupérer les échafaudages dès mercredi prochain. Or, mardi, Sébastien LEBOISNE viendra poser les nouvelles solives au plafond du salon du logis. Igor et Jonathan pourraient ainsi les rempanner dans la foulée, ce qui permettrait à Sébastien d'enchaîner avec la pose des nouveaux entrevous.

Il va donc être grand temps de décider quel type de béton allégé nous coulerons au-dessus de ces entrevous, afin de servir de sol à ce que j'appelle "la pièce dévastée".

Bonne nouvelle ce matin au courrier : la direction départementale des territoires autorise la dérivation du filet d'eau du fond des douves. L'instruction a été menée dans des délais record ; merci à tous ceux qui y ont participé !

Courrier du 28 juin 2012 de la direction départementale des territoires.

Il faut cependant que, après le passage du représentant de la D.R.A.C. avant-hier, je vérifie que j'ai bien son feu vert pour faire intervenir rapidement le terrassier sans compromettre mes chances de subvention. Je désirerais en effet procéder le plus tôt possible à cette dérivation, de manière à permettre, autant que faire se peut, l'assèchement du fond de la douve afin qu'Igor et Jonathan puissent commencer à récupérer et trier les pierres du mur d'escarpe avant la période des congés d'été (et le mariage d'Igor à la mi-septembre).

Je suis par ailleurs, depuis ce matin, en dernier round de négociations avec deux des quatre terrassiers consultés (les deux autres sont "out") afin de finaliser mes commandes immédiates, celle relative à cette dérivation et celle relative à l'Avenue.

Je viens de toper avec Philippe JARRY pour la restauration de l'Avenue. La chaussée aura 3,3 m de large alors que l'espace entre talus est au moins de 11,6 m. Philippe décaissera le terrain de 40 cm, le profil retenu envoyant les eaux de pluie au pied des talus ; il étendra un Bidim de 4 m de large dont il repliera les bords puis il disposera et compactera deux couches de cailloux de Gondin, du 0/150 pour 634 tonnes et du 0/31,5 pour 428 tonnes. L'intervention devrait durer deux semaines. J'ai demandé à Philippe d'avoir fini pour fin juillet.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Juillet 2012
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse - Murs divers - Par corps de métier - Par lieu
0
En début de journée, Igor et Jonathan ont commencé à boucher deux des trois chantepleures du bas du mur Ouest de la douve Nord, afin de permettre le séchage des pierres alentour :

5 juillet 2012, bouchage de deux chantepleures et nettoyage des pierres du bas du mur Ouest de la douve Nord.

Puis ils ont entrepris de terrasser à la pelle et à la pioche les abords immédiats du parement Est de ce mur :

5 juillet 2012, terrassement à la pelle sur le versant Sud de la douve Nord.

Ils se sont alors avisés que ce serait plus facile pour eux de travailler à la mini-pelleteuse. Ils ont donc "remouvé" des pierres qui empêchaient l'accès du tracteur Valtra au bord de la douve, côté Nord :

5 juillet 2012, le déplacement d'un tas de pierres.

Grâce au Valtra, le travail est allé plus vite...

5 juillet 2012, le Valtra se cabre sous l'effort.

mais Jonathan a souhaité accélérer encore le mouvement, en adepte du moto-cross qu'il est ; il voulait ainsi conduire notre engin à chenilles au fond de la douve mais en coupant au plus court, c'est-à-dire en piquant directement le long du mur. Plus sagement, Igor a préféré descendre à un endroit où la pente est beaucoup plus douce, à côté du bief aval.

5 juillet 2012.

Tel un Inuit bien connu de nos services, il devait penser que la progression serait facile en fond de douve, sous-estimant par là la "mouillature" (comme le dit Bernard) due à nos drainages brevetés maison et à l'efficacité légendaire...

5 juillet 2012, le début de la progression de la mini-pelle au fond de la douve Nord.

Au début, tout se passait à peu près bien...

5 juillet 2012, tout baigne !

... jusqu'à ce que les choses se compliquent...

5 juillet 2012, dans la boue jusqu'à la garde !

... mais, en roi du tout-terrain, Igor a réussi à se dégager en s'appuyant et en tirant sur la pelle donc à atteindre enfin le mur...

5 juillet 2012, sorti d'affaire !

... sous les encouragements de Jonathan :

5 juillet 2012, Jonathan veille au grain.

Le voici donc à pied d’œuvre :

5 juillet 2012, la mini-pelleteuse au pied du mur.

5 juillet 2012, premiers coups de mini-pelleteuse au pied du mur.

A la pause du déjeuner, on ne reconnaissait plus les lieux :

5 juillet 2012, vers 12 h 30.

Un fois son terrassement terminé en fond de douve...

5 juillet 2012, le chantier en milieu d'après-midi.

... tel FITZCARRALDO, Igor a entrepris de gravir la montagne avec son engin interplanétaire...

5 juillet 2012, collé en fond de douve.

Il a cependant fallu que Bernard vienne le secourir et le tracter à l'aide du Valtra :

5 juillet 2012, dans la mouise.

5 juillet 2012, enfin sauvé !

On peut se demander si l'herbe repoussera en fond de douve après le passage de ce jeune homme mais la réponse ne fait bien sûr aucun doute.

5 juillet 2012, après le passage du nouvel Attila.

En tout cas, Igor a vite repris son poste en haut des douves pour pelleter encore.

5 juillet 2012, la mini-pelleteuse en train de peaufiner le profil de la douve.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 7 Juillet 2012
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse - Murs divers - Par corps de métier - Par lieu
0
Au mur Ouest de la douve Nord, il reste à consolider la terre à la sortie de la chantepleure en bas à gauche du mur, côté Est :

5 juillet 2012, la chantepleure à consolider.

Il faut attendre que le bas du parement Est sèche (si cela arrive un jour) avant de pouvoir terminer les joints à cet endroit. Par ailleurs, il reste à terminer un petit bout du dos d'âne...

5 juillet 2012, le bout de dos d'âne à terminer.

... et à finir de jointoyer le parement Ouest :

5 juillet 2012, le parement Ouest du mur Ouest de la douve Nord.

Mais ce qui prendra le plus de temps, ce sont les terrassements des quelques 2 000 m2 environ qui ont été labourés depuis plusieurs mois par les roues et les chenilles des engins de chantier.

5 juillet 2012, une remise en ordre s'impose.

Il faudra également faire disparaître les tas d'argile ou de pierres qui n'ont plus rien à faire dans ces parages.

5 juillet 2012, avant les derniers travaux de terrassement.

J'estime qu'il reste ainsi une bonne semaine de travail. Donc mes prévisions étaient correctes. Ceci étant, nous ne procéderons peut-être pas à ces terrassements tout de suite car le chantier a désormais d'autres priorités.

La priorité évidente du chantier dans les prochains jours doit être donnée à la remise en état du plafond du salon du logis et au coulage du béton allégé au-dessus, afin de servir de sol à ce que j'appelle pour le moment la "pièce dévastée".

A ce jour, il reste à finir de traiter les solives du plafond du salon, puis à rampanner ces solives à la chaux, puis à demander à Sébastien LEBOISNE de venir clouer les nouveaux entrevous, puis à protéger les murs du salon contre les risques de coulures de béton, puis à couler le béton.

Mon objectif est de permettre, dans toute la mesure du possible, à Carole de récupérer l'usage du salon et de la salle-à-manger voisine (où sont entreposés les meubles du salon) pour le début de ses congés, programmés du 6 au 27 août prochains. Avec un peu de chance, on devrait arriver à tenir cette échéance.

Le programme de travaux de l'été comporte d'autres tâches pressées, comme la fin du jointoyage de la future chaufferie puis son repavage avant l'intervention du plombier qui devra, avant le retour du froid, avoir déménagé la chaudière actuellement installée au bout Est du bâtiment Nord...

6 juillet 2012, on avance le jointoyage de la future chaufferie pendant qu'il pleut.

... mais aussi la pose de torchis là où nous avions interrompu ce chantier l'an dernier, c'est-à-dire, notamment, sur l'appentis de la cave et dans le fournil de la ferme ; il ne faudra pas oublier de peindre le plus tôt possible les nouvelles menuiseries extérieures de M. DUVEAU (sur le fournil de la ferme, la cave, la charretterie ou au rez-de-chaussée du colombier). Bref, je pense qu'Igor et Jonathan ne vont pas chômer avant leur départ en vacances !

Par ailleurs, dès que j'aurai le feu vert de Lucyna GAUTIER consultée, je lancerai les travaux sur les boiseries de la chambre du rez-de-chaussée du bâtiment Nord.

Enfin, je me garderai d'oublier la restauration de l'Avenue qui, aux dernières nouvelles, débutera le 23 juillet prochain.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 15 Juillet 2012
Journal du chantier - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse - Par corps de métier - Par lieu
0
Pour une raison technique indépendante de ma volonté, il est fort possible que nous ne puissions commencer la remise en état de l'Avenue de la Chaslerie avant la fin juillet, comme prévu. En tout cas, un report à des temps meilleurs me permettrait d'alléger mon budget de travaux pour 2012, ce qui serait loin d'être inopportun.

Philippe JARRY a commencé cet après-midi à creuser le nouveau fossé destiné à détourner, autant que faire se peut, l'eau des douves de la Chaslerie.

26 juillet 2012, la pelle à chenilles en action en limite d'une prairie que je loue au G.A.E.C. du Nord.

J'en ai profité pour prendre une photo de la couleur de l'argile que l'on trouve là, sous moins de 10 centimètres de bonne terre. Cette photo illustrera prochainement un dossier que je prépare pour la D.R.A.C. afin d'obtenir toutes les autorisations nécessaires pour commencer le démontage du mur d'escarpe...

26 juillet 2012, la bonne argile de la Chaslerie.

... ainsi que la future restauration du bief amont, c'est-à-dire des maçonneries disloquées ci-après, qui sont classées parmi les monuments historiques :

26 juillet 2012, le bief amont (ou plutôt ce qui en reste).

A proximité du bief amont, j'ai pris au télé-objectif cette photo du manoir :

26 juillet 2012, la Chaslerie sous un soleil de plomb.

Hou la la, cela me rappelle mon enfance où je pêchais l'écrevisse avec mon gand-père dans un petit ruisseau de la Guimardière à Saint-Bômer-les-Forges.
Il est temps que vous connaissiez la réglementation mise en vigueur par la Préfecture de notre département l'Orne (signe d'un environnement sain) !

N.D.L.R. : Elle date un peu, votre réglementation. Et tout ça ne nous dit pas de quelle espèce il s'agit.